Faites la connaissance de Bernice un membre à Accra qui apporte l'espoir d'une vie meilleure aux jeunes femmes du Ghana


Senior Missionnaire

Je voudrais vous présenter mon amie, Bernice Frimpong Ankrah. Elle est la couturière que toutes les sœurs missionnaires qui servent sur pkace connaissent : ellle fait la conception de sacs et de napperons, des robes et des jupes bananes. Elle emploie d'autres qui s'assoient à l'ombre pour coudre pour sa petite entreprise. Elle est mariée à un homme merveilleux appelé Prince, et est la mère de quatre enfants. Ils travaillent ensemble pour prendre soin de ce qui importe le plus: leur famille et d'autres personnes dans le besoin.

Bernice n’est pas seulement une épouse, une mère, et une femme d'affaires, elle voyage également à travers pas moins de trente-trois villages, où, depuis 2014, elle  enseigne et forme des jeunes filles grâce à un programme international appelé "Days for Girls." Elle ouvre leur  esprits à la possibilité d'une vie meilleure.

Elle leur montre le moyen de rester à l'école pendant plusieurs jours. Elle leur enseigne comment éviter d’être  victime d'agression ou de viol. Elle leur apprend comment prendre soin de leur corps et leur enseigne les principes de la bonne reproduction et de la protection . Avant de la rencontrer bon nombre d'entre elles s’étaient échappées  d’un mariage précoce ou de la pratique de l’excision féminine, qui existe encore dans de nombreux endroits ruraux. Bernice leur donne les connaissances qui les aideront à conserver leur dignité en tant que fille de Dieu à qui il a fait don d’un corps qui est sacré .

En donnant de l'amour et de la connaissance à ces filles, elle partage avec elle  l'amour que  Dieu a pour elles. Elle est une merveille de l'énergie et de la compassion. Elle connaît un meilleur chemin  parce qu'elle est membre de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

Bernice va régulièrement au temple et coud de belles robes du temple que les sœurs y portent. Parce qu'elle cherche humblement à garder ses alliances, elle a la force d'enseigner et donner des cours , même quand elle est fatiguée ou malade, donnant ainsi de l'espoir à chaque groupe de filles qu'elle enseigne. Comme toujours, Prince est là avec elle, lui donnant son plein soutien.

En fait, elle est tellement occupée qu'il est difficile de trouver un moment où elle est disponible pour parler de son histoire. D'après le tableau sur le mur dans son bureau, il est facile de voir que son horaire de couture est bouclé pour des semaines. Les clients apportent suffisamment de tissu pour deux ou trois robes ou vestes à la fois. Un après-midi à 3:00 pendant que nous visitions  son atelier je lui ai demandé comment elle allait . Elle inclina la tête d'un côté et dit: «Je suis fatiguée maman, mais j’ai beaucoup à faire." Elle n'avait pas encore pris le déjeuner, mais elle avait l'air radieux et me gratifia de son sourire lumineux. Elle et Prince font une brillante équipe, un mari et une épouse qui vivent l'Évangile au quotidien - ensemble.

Un jour j'ai appelé Bernice pour un autre objectif : elle s’était portée volontaire pour être notre guide à travers le grand marché Makola à Accra. Je suis allée avec une autre sœur missionnaire qui avait une liste de choses à acheter, et ce fut ma première expérience dans le centre tentaculaire du commerce local. Bernice est venue nous chercher avec sa voiture, nous y a conduites , et nous a guidées à travers le labyrinthe des vendeurs aux stands exactes dont nous avions besoin, que ce soit pour une fermeture à glissière, des shorts de gymnastique pour les missionnaires de l’ MTC, ou un seau de tomates.

J'ai récemment appris que le programme «days for girls » de  Bernice était devenu une partie de la scène de Makola Market. Elle avait vu beaucoup de jeunes femmes – fugueuses , qui n’avaient pas pris de bain et étaient affamées -  essayant de survivre à la ville. Ces jeunes femmes précieuses  bataillaient avec une vie en plein air, dormant à même le sol la nuit sans protection, espérant que personne ne viendrait troubler leur sommeil avec un réveil violent. Beaucoup avaient un bébé  noué à  leur dos, et essayaient par tous les moyens possibles de se nourrir  ainsi que leur enfant. Elles ne comptent pas retourner dans leurs villages - elles sentent qu'elles ont une meilleure chance dans la ville que ce qu'elles avaient d'où elles sont  venues.

Lorsque Bernice s’est approchée au debut, elles étaient très hésitantes. Elle a essayé de les enseigner et de leur montrer les trousses que ce programme offrait pour l'hygiène et les fournitures mensuelles dont les femmes avaient besoin. Elle a commencé à leur offrir un sac de riz , de l'huile et des tomates pour  les amener à lui faire confiance. Dans un premier temps, la foule la renversa presque  dans le désir d'avoir un peu de nourriture! Deux fois, elle est venue deux fois, elle a promis  revenir et de leur apprendre à vivre et survivre. Bernice voudrait sauver la moindre de ses sœurs là. Elle ne manque pas de venir et elles commencent à lui faire confiance, comme elle continue de les voir à travers les yeux du Sauveur. Une par une de ces jeunes femmes commencent à éprouver espoir, certaines pour la première fois dans leur jeune vie. Elles voient que Bernice a, par sa foi, reçu un cœur semblable à celui du Christ: «En vérité je vous le dis, si vous l'avez fait à l'un des plus petits de mes frères, vous l'avez fait à moi."

Parce que Bernice les considère comme des filles de Dieu, elles sentiront l'amour de leur Père céleste à travers elle, et beaucoup viendront à savoir, comme elle le sait, qu'elles sont des filles de Dieu.