Sauter le menu général

La Musique et le Culte

La Musique et le Culte

En Juillet 1830, le prophète Joseph reçut une révélation pour sa femme, Emma, qui se trouve dans la section 25 des Doctrines et Alliances. Le Seigneur commence en faisant référence à Emma une « dame élue », qu’Il a appelée. Il lui a été dit que l’office de son appel était, comme nous le lisons au verset 5, « réconforter mon serviteur Joseph Smith, fils, ton mari, dans ses afflictions, par des paroles de consolation, dans l’esprit d’humilité. » Emma aimait beaucoup son mari.

En plus d’être épouse et mère, Emma était scribe, femme au foyer, cuisinière, jardinière, Présidente de la Société de Secours, et encore plus.  Dans la section 25, elle a reçu la responsabilité de sélectionner des cantiques.

« Et il te sera également donné — et c’est là une chose qui m’est agréable — de faire, selon l’inspiration qui te sera accordée, un recueil de cantiques sacrés, pour l’usage de mon Église.   Car mon âme met ses délices dans le chant du cœur ; oui, le chant des justes est une prière pour moi, et il sera exaucé par une bénédiction sur leur tête. » (D&A 25 :11-12)

Emma a obéi et a fait une compilation de cantiques pour les saints. Elle a regroupé les cantiques par sujet - cantiques sacrés, cantiques du matin, cantiques du soir, cantiques d’adieu, cantiques de baptême, cantiques de Sainte-Cène, du mariage, et cantiques divers.  Notre recueil de cantiques aujourd’hui est modelé sur son premier recueil de cantiques.

La Première Présidence a écrit une préface aux cantiques, qui peut être trouvé à la première page de chacun de nos recueils de cantiques. Ils nous conseillent, « frères et sœurs, chantons des cantiques pour favoriser la présence de l’Esprit du Seigneur dans nos assemblées, dans notre famille et dans notre vie personnelle.[1]

LA MUSIQUE DANS NOS RÉUNIONS DE L'ÉGLISE

LA MUSIQUE DANS NOS RÉUNIONS DE L'ÉGLISE

Ils écrivent : «La musique édifiante joue un rôle essentiel dans nos réunions de l’Église. Les cantiques favorisent la présence de l’Esprit du Seigneur, créent une atmosphère de recueillement, unissent les membres et nous offrent un moyen d’adresser des louanges au Seigneur.

Quand nous venons à chapelle tous les dimanches, nous entendons la belle musique de prélude qui donne le ton à notre culte du dimanche. Nous commençons et terminons notre réunion de Sainte-Cène avec une chanson, et nous nous préparons pour l’ordonnance sacrée de Sainte-Cène en chantant des mots qui portent sur le sacrifice de notre Sauveur en notre faveur. Les enfants chantent joyeux anniversaire et chants de bienvenue à la primaire. Ils chantent aussi des chansons qui enseignent les principes de l’Évangile tels que, « La Foi (Chants pour les enfants, n° 50), et je suis enfant de Dieu (Chants pour les enfants n°2).   On peut entendre la voix des hommes résonner fièrement « Anciens d’Israël » (Cantiques, no. 202).  Les jeunes chantent pendant leurs classes du dimanche et leurs activités d’échange.  La musique fait partie des réunions des présidences, la Conférence générale, le camp des jeunes filles, et encore plus.  C’est un outil utilisé pour donner le ton spirituel, pour nous réveiller, pour préparer nos esprits à contracter des alliances, et pour enseigner les principes de l'Évangile.

pour les enfants

Chants pour les enfants

Frère Oaks raconte cette histoire dans son discours rendu lors de la conférence d’octobre 1994 :

« Ces instructions de louer le Seigneur par le chant ne se limitent pas aux grandes réunions.  A notre époque, quand les apôtres du Seigneur se réunissent, ils chantent encore des cantiques. Les réunions hebdomadaires de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres dans le temple de Salt Lake commencent toujours par un cantique. Russell M. Nelson accompagne à l’orgue. Les membres de la Première Présidence, qui dirigent ces réunions, choisissent à tour de rôle le cantique d’ouverture. La plupart d’entre nous notent la date où chaque cantique est chanté.  Selon mes notes, le cantique d’ouverture le plus souvent chanté depuis dix ans que je participe à ces réunions est « Oh, j’ai besoin de toi » (Cantiques, n° 53). Imaginez l’impact spirituel d’une poignée de serviteurs du Seigneur chantant ce cantique avant de prier pour qu’il les guide dans l’accomplissement de leurs grandes responsabilités. »[2]

Les remarques de la préface de la Première Présidence continuent,

« Nous espérons que l’on chantera davantage dans nos assemblées. Nous encourageons tous les membres, qu’ils aient ou non des dispositions pour la musique, à se rejoindre à nous pour chanter les cantiques. Nous espérons que les dirigeants, les instructeurs et les membres qui seront appelés à prendre la parole, puiseront souvent dans le recueil de cantiques des messages exprimés en vers avec puissance et beauté. »

LA MUSIQUE AU FOYER 

LA MUSIQUE AU FOYER 

Ils nous rappellent aussi d’intégrer la musique au foyer :

« La musique a l’immense pouvoir de susciter chez les familles une plus grande spiritualité et un plus grand dévouement à la cause de l’Évangile. Nous invitons les saints des derniers jours à écouter, à jouer et à chanter chez eux de la belle musique.

Nous devons apprendre à nos enfants à aimer les cantiques. Nous devons les chanter le jour du sabbat, pendant la soirée familiale, pendant l’étude des Écritures, au moment de la prière. Nous pouvons les chanter en travaillant, en jouant, et en voyageant ensemble. Nous pouvons chanter les cantiques comme berceuses pour édifier la foi et le témoignage chez les petits.

J’ai grandi dans une maison où nous chantions les cantiques.  Je me souviens des voyages que je fis avec mon père.   Nous faisions un concours pour voir qui pourrait chanter la plupart des vers de la plupart des cantiques.  Nous chantions pendant des heures.  Quand nous rentrions d’un long voyage, mon père conduisait aussi lentement que possible les derniers kilomètres, afin que nous puissions continuer à chanter.

Avec mes enfants, nous avons aussi chanté beaucoup de cantiques.  Nous aimons chanter particulièrement lors de la soirée familiale.  Nous commençons toujours par un cantique.  Nous avons un moment alloué aux chansons comme l’une des activités de la soirée familiale.  Chacun choisit un cantique.  Ainsi, nous chantons huit cantiques.  À la fin, on se tient par la main pour chanter « Dans nos foyers tout est beau » (cantiques, n° 186) Donc, nous chantons au moins dix cantiques à chaque soirée familiale.   Parfois nous chantons plus que nous parlons !

Nous avons cinq filles et un fils dans notre famille.    Quand notre fils, Stephen, était en Malaisie pour sa mission, Ryan travaillait à l’étranger.  Cela signifiait qu’on n’entendait que les voix des femmes lors de la soirée familiale.  On ne se sentait pas complète.   Nous avions l’envie d’entendre notre père et frère chanter avec nous.   Depuis ce temps, nous avons ajouté trois beaux-fils à notre famille, et je suis si heureuse d’entendre les voix masculines chanter nos cantiques avec nous. 

LA MUSIQUE DANS NOTRE VIE PERSONNELLE

LA MUSIQUE DANS NOTRE VIE PERSONNELLE

En plus des bénédictions qu’ils représentent pour l’Église et pour la famille, les cantiques peuvent beaucoup nous apporter, à nous personnellement. Les cantiques peuvent nous mettre de bonne humeur, nous donner du courage et nous inciter à faire le bien.  Ils peuvent nous remplir l’âme de pensées élevées et nous apporter la paix.

Ma fille Abigail a partagé cette expérience :

J’ai un boîtier de CD qui est plein de tous les différents types de musique, chantés par divers artistes.  Ils sont regroupés par catégorie, mais j’ai barré l’étiquette « dimanche » et l’ai remplacé par « tous les jours » parce que j’ai découvert que je me rendue un mauvais service en limitant ce groupe de musique magnifiquement édifiante au dimanche.  Je me rappelle les quelques fois où des amis m’ont lancé un regard interrogateur pour avoir joué « Toi la source de tout mon bonheur » un jeudi après-midi, mais j’ai constaté que, entre l’école et le travail et un style de vie actif, l’on peut fuir facilement le monde entre les courses ou classes si l’on a de la musique inspirante pour l’y aider à éclairer l’esprit. »

Frère Oaks nous enseigne un autre rôle important des cantiques : « La musique sacrée peut nous aider même en dehors de toute expression formelle. Par exemple, quand vient la tentation, nous pouvons en neutraliser les effets en fredonnant ou en répétant les paroles d’un cantique que nous aimons. » Le mot « neutraliser » signifie « annuler l’effet de quelque chose par une action contraire. » En fredonnant un cantique ou en réfléchissant sur les mots de notre chant des enfants préféré, nous appliquons un effet contraire qui est fort et positif à une pensée négative et tentant de l'adversaire.

J’aime la musique et j’aime les sentiments de l’esprit qu’elle peut accueillir dans notre vie et dans nos foyers.  Je suis reconnaissante d’être membre d’une église qui l’apprécie et l’utilise comme un outil pour le bien.  L’âme peut vraiment se connecter à Dieu quand nous l’adorons vertueusement par la chanson.


[1] « Préface de la Première Présidence , » cantiques 1985, p. vii - ix )

https://www.lds.org/music/guidelines/first-presidency-preface-to-the-hymns?lang=fra

[2] « Le culte par la musique », Dallin H. Oaks Ensign Octobre 1995

https://www.lds.org/general-conference/1994/10/worship-through-music?lang=fra