Mon expérience au Nigeria Par Sœur Michelle Clark

Mes parents ont servi deux missions au Nigeria, d'abord en tant que missionnaires humanitaires de 1999 à 2001, puis dans la présidence du temple d’Aba au Nigeria de 2006 à 2008. Ils aimaient le Nigeria et les citoyens merveilleux.

Quand Elder Clark et moi avons été appelés à servir dans l'interrégion de l’Afrique de l’Ouest, nous aussi avons été ravis d’avoir l’occasion de servir en Afrique. Depuis notre arrivée au Ghana, je suis parvenue à connaître et à aimer ce pays et ai souhaité visiter le pays que mes parents ont servi et ont adoré. Nous savions que nous serions basés au Ghana avec des responsabilités à travers toute l’interrégion, mais, en raison des violences constantes contre les occidentaux et les dangers qu’ils courent, nous n’étions pas si sûrs de pouvoir visiter le Nigeria. En tant que missionnaires d’âge mûrs, servant comme auditeurs principaux de l’interrégion, en Juillet 2016, nous avons reçu la permission de nous rendre à Enugu, au Nigeria pour former un nouvel auditeur adjoint et aussi participer à la formation du département des finances de cette ville, ainsi qu’à Abakaliki, qui est situé à environ une heure de route du côté Est de Enugu dans la mesure où cette région est généralement considérée comme sécurisée.

Les soirs, il y a beaucoup de barrages de police ou militaires le long des routes, destinés à réprimer la violence dans cette région. Ce samedi matin, Chidi Ibeakuzie, l'ancien auditeur adjoint de l’interrégion, Bright Okoro, son remplaçant, Elder Clark et moi sommes allés à Abakaliki sans avoir été arrêtés, mais à notre retour à Enugu cet après-midi nous avons été arrêtés par quatre militaires armés de fusils automatiques. Ils se sont approchés de Chidi, le propriétaire et le conducteur du véhicule et ont demandé à savoir qui il était et ce qu'il faisait. Quand ils ont appris que nous étions au Nigeria pour faire un travail pour l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, ils sont devenus agités et ont dit qu'ils n'avaient jamais entendu parler de notre église. Chidi et Bright sont sortis de la voiture, et les hommes ont demandé qu'ils ouvrent l'arrière de la voiture et ont commencé à fouiller chacun des sacs qui étaient là. Nous étions assis sur le siège arrière de la voiture et un officier est venu à notre vitre et a demandé à voir nos passeports. Il nous a demandé encore une fois pourquoi nous étions au Nigeria et nous avons expliqué que nous étions là pour servir comme missionnaires.

Pendant toute cette expérience, malgré les rapports de danger et de récents enlèvements d'étrangers, je suis restée tout à fait calme. J’ai senti l’esprit me murmurer que tout irait bien. J'ai même senti la présence de mes parents. Chidi nous avait dit que les militaires dans cette zone arrêtent souvent les véhicules et les harcèlent dans l'espoir de recevoir des dessous de table avant de les laisser tranquilles. Chidi, qui a l’habitude de voyager dans la région, est familier avec leurs tactiques. Quand il a parlé avec les officiers il n'a pas offert ce qu’ils espéraient mais a calmement et patiemment répondu à toutes leurs questions.

Finalement, ils ont demandé que nous disions une prière pour eux puisque nous étions missionnaires. Ne comprenant pas exactement ce qu'ils voulaient dire nous leur avons dit que nous serions heureux de prier pour eux. Ils voulurent que nous disions la prière sur le champ. Nous avons accepté et Elder Clark a offert une belle prière là-bas, sur la route, en remerciant notre Père céleste pour ces bons hommes qui assuraient la protection de leur pays. Il a prié pour qu'il veille sur eux afin qu'ils puissent rentrer chez eux en toute sécurité auprès de leurs familles. Le chef du groupe a enlevé son chapeau et baissa la tête pendant la prière et à la fin nous a dit que nous étions libres de continuer notre voyage, chose que nous avons faite sans autre arrêt ou problème. Chidi a expliqué plus tard que beaucoup de militaires culpabilisent par rapport à certaines de leurs activités, mais croient que si un homme saint prie pour eux, leurs péchés seraient pardonnés.

Ce fut une expérience rassurante douce, qui illustre la promesse du Seigneur dans D & A 84 : 88 – J'irai devant votre face. Je serai à votre droite et à votre gauche, et mon Esprit sera dans votre cœur, et mes anges autour de vous, pour vous soutenir.