Pionniers - Ancrés par l'espérance - Deuxième partie


Premier Conseiller, Présidence de L'interrégion d'Afrique de l'Ouest

Dans la première partie de cet article publiée dans le numéro du Liahona du mois dernier, j'ai partagé des histoire merveilleuses et simples sur les pionniers des premiers jours de l'Église et sur certains qui vivent encore parmi nous. Après avoir partagé ces histoires, j'ai écrit que j'ai trois suggestions de comment la foi et l'espoir de ces pionniers peuvent nous aider à nous ancrer dans le monde tumultueux d'aujourd'hui. Ma première suggestion était de se souvenir de leurs histoires et de les transmettre à d'autres, en particulier la génération montante.

Ma deuxième et troisième suggestions sont les suivantes:

1. Se rappeler leur unité.

Deuxièmement, il faut se rappeler que les pionniers, en général, étaient unifiés. Les historiens ont remarqué que la migration occidentale des Saints des derniers jours était... la migration des Mormons ... différait profondément des autres ... Ce ne sont pas des groupes d'aventuriers jeunes et téméraires, ni des familles isolées ni des groupes de familles. C'étaient littéralement des villages en marche, des villages de sobriété, de solidarité et de discipline inconnus ailleurs sur les sentiers de l'Ouest ... Peu d'autres émigrants pensaient aux gens qui venaient après eux ... Ce ne sont pas les Mormons. La première pensée de la compagnie pionnière était de remarquer de bons terrains de camping, du bois, de l'eau, de l'herbe, pour mesurer les distances et établir des poteaux de kilométrage. Eux et les convois suivants ont donné leur dos pour construire des ponts et creuser les approches abruptes des gués. Ils fabriquaient des radeaux et des ferries et les laissaient [, tout cela] pour l'usage de convois ultérieures ... [i]

La raison de cette différence est que les membres de l'Église sont venus pour construire Sion, et en pratique, Sion est «Et que chacun estim[ant]son frère comme lui-même et pratiqu[ant] la vertu et la sainteté devant [le Seigneur].» [ii] Oui, Sion - une société avec des gens d’un seul cœur et d’un seul esprit, et qu’il demeurait dans la justice; et il n’y avait pas de pauvres en son sein. [iii] - était et doit être le résultat de «chacun cherchant l’intérêt de son prochain et faisant tout, l’œil fixé uniquement sur la gloire de Dieu.»[iv]

Ce sentiment de communauté et de responsabilité mutuellement partagé a produit un effort unifié pour suivre le prophète de Dieu. C'est une raison majeure pour laquelle ils ont réussi et ils représentent une partie importante de l'héritage qu'ils nous ont transmis. Ils murmurent que nous aussi prospérions par le pouvoir du Seigneur seulement dans la mesure où nous agissons comme un seul homme avec un sens de communauté et de responsabilité mutuelles en suivant le prophète du Seigneur.

2. Transmettre le même Esprit.

Troisièmement, nous avons la responsabilité de «inculquer à nos enfants et nos petits-enfants le même esprit qui a guidé les pas des pionniers». Une leçon simple de la façon dont cela se fait peut être vue dans la famille Muñoz d'Otavalo, Équateur, en Amérique Centrale. En mars 2013, j'ai rencontré le frère Juan José Muñoz Otavalo, son épouse Laura, et leur fils Juan Amado pour connaître leur vie dans l'Église. Frère Muñoz fut l'un des premiers convertis à l'Église d'Otavalo.

Quand il était un garçon l’âge compris entre 10 et 13 ans, Frère Muñoz a reçu une copie du Livre de Mormon écrite en espagnol. Il ne parlait pas espagnol mais ressentait un pouvoir et un esprit profond quand il tenait le livre dans sa main. Il le cachait dans sa maison, car il savait que ses frères le détruiraient. De temps en temps, il prenait le livre de sa cachette, juste pour le tenir et sentir sa puissance.

Résistant à l'adversité et à l'opposition significative de la famille et de sa communauté, il a rejoint l'Église et est devenu l'un des premiers missionnaires à avoir été appelés du village d'Otavalo. Il est revenu de sa mission et a épousé une sœur missionnaire de retour, et ensemble ils ont élevé une famille fidèle, centrée sur l’évangile. Il a aidé à traduire le Livre de Mormon dans sa langue maternelle, Quichua, et a aidé à traduire les ordonnances du temple en Quichua.

Après avoir écouté l'histoire de Frère Muñoz, je me tournai vers son fils, qui pleurait. Une fois qu'il s'est ressaisi, il a dit: «J'ai toujours apprécié les premiers pionniers qui ont traversé les plaines avec leurs charrettes à bras en Amérique du Nord. Leur foi, leur engagement et leur dévouement m'ont inspiré et m'ont profondément touché tout au long de ma vie. Mais jusqu'à aujourd'hui, je ne me suis pas rendu compte qu'il y a aussi des pionniers ici à Otavalo, et ce sont mes parents! Cela me remplit de joie. »[Vi]

Ici en Afrique, frère Kenneth K. Andam a grandi chrétien, mais n'a pas été en mesure de trouver des réponses à sesquestions, en particulier sur la nature de Dieu. Il a rencontré et marié sa femme, et bien qu'il ait commencé à assister à l'Église avec elle, il n'a pas continué parce qu'ils n'ont pas enseigné vraiment sur la nature de Dieu. Quand sa femme lui a demandé pourquoi il a cessé d'assister, il lui a dit: «Le jour où je trouverai la véritable Église, je ne retournerai jamais.» En 1983, sa recherche de la vérité s'était intensifiée et un de ses collègues lui a donné une Copie d'un livre intitulé «Articles de Foi», par Elder Bruce R. McConkie, du Collège des douze apôtres de l'Église de JésusChrist des Saints des Derniers Jours. En lisant le livre, il reconnut que c’était  chrétien et clarifiait la plupart de ses questions.

Il a emprunté d'autres livres de ses collègues et les a tous lus, et était convaincu que c'était la véritable Église de Dieu. Quand il a informé sa femme, elle lui a dit qu'elle avait été baptisée dans l'Église en 1978 quand elle était jeune fille mais qu’elle avait apostasié. Après avoir pris des leçons avec les missionnaires, il fut baptisé, et sa femme fut rebaptisée un an et demi plus tard. Ils ont enseigné l'Évangile à leurs quatre enfants, et tous ont continué à être fidèles au Seigneur et à son Église. Frère et Soeur Muñoz et Frère et Soeur Andam nous enseignent que nous transmettons un héritage pionnier de foi en étant pionnier, c'est-à dire en ouvrant, en montrant, en vivant la voie de l'Évangile pour que d'autres la suivent, y compris nos enfants et notre famille. Lorsque nous exerçons constamment notre foi dans le Seigneur et ancrons nos âmes avec espérance en Lui, nous devenons, comme dit Moroni, « sûrs et constants, toujours abondants en bonnes œuvres, amenés à glorifier Dieu.» [Vii] Puis, comme Reddick Allred (et frère Acquah en prison), nous irons à ceux qui sont perdus sur la piste de la vie, et eux - y compris ceux des générations futures - apprendront de nous le puissance et la paix d'une telle vie.

Chacun de nous peut être un pionnier. Elder M. Russell Ballard a remarqué:Emballer quelques biens dans des wagons ou des charrettes à bras et marcher 2092 kilomètres n'est pas la façon dont la plupart d'entre nous seront invités à démontrer notre foi et notre courage. Nous sommes confrontés aujourd'hui à des défis différents: des montagnes différentes à grimper, des rivières à gué différentes, des vallées différentes à faire fleurir comme la rose ... [Viii] Notre lutte se trouve en vivant dans un monde englouti dans le péché et l'indifférence spirituelle où l'indulgence, La malhonnêteté et la cupidité semblent être présents partout. Le désert d'aujourd'hui est celui de la confusion et des messages contradictoires ... Nous devons...ne pas devenir décontractés dans l’obéissance aux commandements de Dieu ... Éviter les tentations et les maux du monde exige la foi et la force d'un véritable pionnier des temps modernes [ix].

Le président Thomas S. Monson a récemment demandé: Peut-on en quelque sorte rassembler le courage et la persévérance qui ont caractérisé les pionniers d'une génération antérieure? Pouvez-vous et moi, en fait, être des pionniers? Je sais que nous pouvons l'être. Oh, comme le monde a besoin de pionniers aujourd'hui! [X]

Que chacun de nous s’engage à être un pionnier, à aller au devant et à ouvrir le chemin à d'autres qui sont accablés par un monde imprégné de péché, de confusion et de doute. Souvenons-nous des pionniers et de leurs récits, rappelez-vous qu'ils sont venus construire Sion dans un effort uni, et ensuite accepter la responsabilité d'instiller une telle foi dans tout ceux que nous rencontrons, surtout dans la génération montante, et de le faire en offrant notre propre " Sacrifice vivant "[xi] d'une vie guidée par la foi au Seigneur Jésus-Christ et ancrée par l'espérance des bonnes choses à venir par lui. Rappelez-vous, les parents ont l'obligation solennelle d'enseigner à leurs enfants à comprendre la foi au Seigneur, avant même qu'ils aient huit ans! [Xii]

Être pionnier signifie que «nous ne nous lasserons pas de bien faire». [Xiii] Welthea Hatch n'a sans doute pas eu de signification particulière en commençant à faire un feu de cuisson tandis que son mari John préparait et chargeait leur bagages. Ira Hatch n'a pas cru héroïque de se réveiller, raide d'un sommeil agité sur le sol dur, et se préparer pour le voyage du jour. Isaac Nash ne pensait pas non plus qu'il était si important de jeter une bouchée de tabac par terre. Et pour Reddick Allred, c'était une simple question de faire ce que le Seigneur avait dit qu'il devrait faire. Frère Acquah ne pensait probablement pas héroïque de rendre visite à son ami en prison, et frère et soeur Andam n'ont peut-être pas pensé que leur enseignement quotidien de l'évangile à leurs enfants soit monumental. Le Frère Muñoz n'apeut-être pas senti que tenir le Livre de Mormon apporterait des bénédictions éternelles.

Pourtant, de toutes ces choses petites et simples est venu quelque chose de grand! Rappelons-nous donc qu'il n'y a pas de petites choses dans de grands efforts.

J'ai visité l'humble chambre où Joseph William Billy Johnson a d'abord tenu des réunions liées à l'Église au Ghana et émerveillé que depuis ce petit début il y a si peu de temps, nous avons maintenant un temple. Notre histoire en tant que peuple d’alliance du Seigneur en Afrique de l'Ouest vient de commencer! Si nous, en tant que peuple, vivons l'Évangile, suivons le Prophète, choisissons la foi sur le doute et faisons les petites choses qui augmentent la foi et produisent l'espérance ancré dans l'âme, chacun d'entre nous sera un pionnier, préparant la voie à suivre pour nos familles et les autres à travers le monde.

J'aime le Seigneur et j'aime Son peuple. J'ai ressenti Son amour pour les merveilleux Saints d'Afrique de l'Ouest, et j'aime être avec vous. Que chacun de nous soit un pionnier pour des milliers, voire des millions, qui suivront, est ma prière et mon grand désir.

 

[1] Wallace Stegner, Le Rassemblement de Sion - L'Histoire du Sentier Mormon (1964, Université de Nebraska Press, 1992), 11.

[1] Doctrine et Alliances 38:24.

[1] Moïse 7:18.

[1] Doctrine et Alliances 82:19.

[1] M. Russell Ballard, drapeau juillet 2013, p. 29.

[1] Journal personnel, Marcus B. Nash.

[1] Éther 12: 4.

[1] Ésaïe 35: 1.

[1] M. Russell Ballard, drapeau juillet 2013, 28-29.

[1] Thomas S. Monson, Ensign juillet 2013, 5.

[1] Romains 12: 1.

[1] Doctrine et Alliances 68: 25-26

[1] D & A 64:33.

[i] Wallace Stegner, The Gathering of Sion - L'histoire du sentier mormon (1964, Université de Nebraska Press, 1992), 11.

[ii] Doctrine et Alliances 38:24.

[iii] Moïse 7:18.

[iv] Doctrine et Alliances 82:19.

[V] M. Russell Ballard, drapeau juillet 2013, p. 29.

[Vi] Journal personnel, Marcus B. Nash.

[Vii] Éther 12: 4.

[Viii] Esaïe 35: 1.

[Ix] M. Russell Ballard, drapeau juillet 2013, 28-29.

[X] Thomas S. Monson, Ensign juillet 2013, 5.

[Xi] Romains 12: 1.

[Xii] Doctrine et Alliances 68: 25-26

[Xiii] D & A 64:33.

 

Télécharger le PDF ici