La Foi A Chaque Pas

    La Foi A Chaque Pas

    Depuis mon appartenance à l'Eglise pendant plus de deux décennies, j'ai vu des gens donnant des témoignages puissants, et d'autres qui parlent profondément de l’Evangile. Je me souviens récemment de la foi encourageant la démonstration d'une sœur à Benin City.


    Nous étions en train de tenir l'un des ateliers dans le Centre d’Aide à l’Emploi un matin lorsque la sœur Adesuwa (ce n’est pas son vrai nom) se dirigea lentement vers le centre de pieu d’Ihogbe, se serrant le ventre à deux mains, son visage crispé. Elle était visiblement en douleur. Interloqué, je me suis déplacé directement vers elle pour savoir quel était son problème.



    Comme je m’approchais, elle saisit mon bras gauche et murmura d'une voix rauque.



    «J'ai besoin d’une bénédiction de la prêtrise, s'il vous plaît, mon frère. » J'ai réprimé la tentation de lui demander si elle était membre. « Comment pouvait-elle être informée sur les bénédictions de la prêtrise si elle était une étrangère à l’Eglise, »j’ai pensé.

    Je l'ai prise par l'autre bras et emmenée au bureau. Comme elle s'installait dans un fauteuil, elle soupira profondément. Et j'ai remarqué son visage était un peu plus détendu.


    « Quel est le problème, ma sœur? » J'ai demandé.


    « J'ai mal à l'estomac », elle a réussi à dire.


    Puis je suis allé à la salle de l'atelier et ai invité un autre animateur, un détenteur de la prêtrise, à venir et ensemble, nous l’avons bénie.


    Immédiatement après l '«Amen », Adesuwa est devenue très calme. Elle essuya les larmes de son visage, leva les yeux et essaya de sourire. «  Merci, » dit-elle. C'est alors seulement que j’ai trouvé le courage de poser la question qui me tracassait.


    « De quelle paroisse êtes- vous? »


    « De la deuxième paroisse d’Ihogbe, » répondit-elle.


    « Comment saviez-vous que nous étions ici? » J'étais vraiment curieux, « vous n'avez jamais assisté à un de nos ateliers. »


    Elle a dit qu'elle avait une boutique à la mode à deux rues à peu près plus loin du Centre de Pieu. Et quand elle était tombée malade, le seul endroit où elle savait qu'elle pouvait aller pour trouver du secours était la maison du Seigneur. Et selon elle, y trouver les frères de la prêtrise pour la bénir relevait purement d’une intervention divine.

    Même si elle avait pris ses médicaments ce matin, la maladie avait récidivé quelques instants avant qu'elle décide de visiter la chapelle pour se reposer. Alors, quand elle nous trouva dans l’atelier, elle sut que notre Père céleste avait arrangé la situation afin qu'elle puisse recevoir la bénédiction des détenteurs de la Prêtrise de Dieu.