Je T'Accepte comme Mon Fils

    Je T'Accepte comme Mon Fils

    Lorsque les jeunes gens veulent se joindre à l'église, ils font souvent face à l'opposition venant des amis, des parents et des parents. Il faut beaucoup de foi pour quitter votre famille et rejoindre  le Christ dans son Église rétablie. C'est ce que fit L'évêque Kofi Sosu de Kumasi, Ghana.

    Sosu a été baptisé quand il était jeune adulte, malgré une opposition farouche de ses parents. Peu de temps après qu'il soit devenu membre, le gouvernement a lancé une «suspension des activités de l'Église», interdisant aux membres le culte. La mission Ghanéenne fut fermée, et tous les missionnaires ont été envoyés dans d'autres missions ou ont été renvoyés chez eux. Sosu a essayé de montrer sa dévotion chez lui à la maison, mais il a été empêché dans ses efforts à étudier l'Évangile et nourrir sa foi par ses parents qui menaçaient d'informer la police.

    Après la levée de la mesure de suspension, Sosu a commencé à se réunir à nouveau avec les Saints. Peu de temps après, il eut la détermination à faire une mission. Cependant, ses parents le menacèrent à nouveau, lui promettant de le désavouer s'il choisissait de porter le costume et le badge missionnaire pour deux ans. Sosu choisit sa foi et fut renié par sa famille.

    Pendant son service au Nigeria, Sosu envoya une lettre à sa famille une fois chaque semaine, mais pas une seule eut de réponse.  Après deux ans, il retourna chez lui. Il n'avait plus personne à part son président de branche qui lui trouva un endroit  temporaire où rester. Ne sachant pas où aller par la suite, Sosu pria et jeûna.  Malgré son appréhension, il a eu le sentiment qu'il devait aller à la maison de son père.  Comme Sosu approcha de la porte, son père le vit et lui demanda qui il était.

    «Je suis ton fils,» Sosu répondit.

    «Mon fils?» lui demanda  son père.

    «Oui—ton fils, Kofi»













    Soudain, les larmes se mirent à couler des yeux de son père.  Ne pouvant plus maîtriser ses émotions, le père de Sosu l'embrassa.

    «Oh, mon fils, mon fils. Je suis si désolé », a-t-il dit, en reculant  un instant pour regarder le visage de Sosu. «Je n'ai pas eu un moment de  paix depuis que je t'ai renié.  Je sais que tu as fait ce qu'il fallait faire, et Je t'accepte comme mon fils».



    À mesure qu'ils grandissent et deviennent matures dans l'évangile, de nombreux jeunes gens guérissent  des relations familiales brisées. Leurs parents voient la croissance de ces jeunes gens et peuvent apprécier les grandes bénédictions qui viennent à ceux qui vivent l'Évangile. De même, L'évêque Kofi Sosu a été en mesure de renouveler sa relation avec son père et ressentir la joie d'être accepté par lui.

    Mais pour certains de ces jeunes gens qui choisissent de quitter leur famille pour suivre le Christ, il n'y aura sans doute pas de réconciliation joyeuse dans cette vie.  Pour ces Saints fidèles, cependant, leur Père céleste aimant les embrassera et les réconfortera car ils suivent le Sauveur dans la foi.