La Loi du Sabbat, Un Commandement Glorieux

    La Loi du Sabbat, Un Commandement Glorieux

    L'importance du Sabbat est historiquement liée au récit de la création dans la Genèse. Le récit déclare:

    «Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. Et Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite: et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu'il avait faite. Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu'en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu'il avait créée en la faisant»[1]

    «Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. Et Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite: et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu'il avait faite. Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu'en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu'il avait créée en la faisant»

    Dans Exode, dans ce qu'on appelle communément les 10 commandements, il nous a été formellement commandé de nous souvenir du jour du Sabbat et de le sanctifier. Il nous est également commandé de ne faire aucun ouvrage parce que le Seigneur a béni le jour du sabbat et l'a sanctifié.[2]

    D'autres Écritures enseignent que le respect du Sabbat est un signe entre Dieu et ses enfants à travers les générations, un signe auquel les enfants connaitront que L'éternel est leur Dieu.[3] Sanctifier le jour du Sabbat est une façon de se préserver des souillures du monde et devrait être un délice.[4]

    Le Sabbat est donc une journée pas comme les autres. Le Sabbat Juif est Samedi, ce qui est sans doute le septième jour de la semaine.  Toutefois, le Sauveur, dans cet événement suprême qui a affirmé Son autorité sur la mort, est ressuscité le Dimanche, le premier jour de la semaine. Ses disciples ont commencé à se  réunir le Dimanche, transférant ainsi l'observance du Sabbat du septième jour au premier jour de la semaine.

    Il est très instructif de remarquer que le langage utilisé pour l'injonction du Sabbat est «Souvenez-vous». Cela signifie que le jour doit être commémoré ou  remarquable.  Fait intéressant, le Sauveur dans une des responsabilités finales confiées aux douze apôtres, a institué la Sainte cène dans les termes suivants:

    «Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi.»[5]

    «Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi.»

    Il n'y a pas la moindre difficulté à établir une connexion entre le Sabbat et la Sainte cène qui est administrée chaque Dimanche dans les diverses congrégations de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Le langage de la prière de sainte cène rend possible cette connexion. Voici le langage de la prière de la Sainte Cène:

    «Ô Dieu, Père éternel, nous te demandons, au nom de ton Fils, Jésus-Christ, de bénir et de sanctifier ce pain pour l’âme de tous ceux qui en prennent, afin qu’ils le mangent en souvenir du corps de ton Fils, et te témoignent, ô Dieu, Père éternel, qu’ils veulent prendre sur eux le nom de ton Fils, se souvenir toujours de lui et garder les commandements qu’il leur a donnés, afin qu’ils aient toujours son Esprit avec eux. Amen».[6]

    Ô Dieu, Père éternel, nous te demandons, au nom de ton Fils, Jésus-Christ, de bénir et de sanctifier ce pain pour l’âme de tous ceux qui en prennent, afin qu’ils le mangent en souvenir du corps de ton Fils, et te témoignent, ô Dieu, Père éternel, qu’ils veulent prendre sur eux le nom de ton Fils, se souvenir toujours de lui et garder les commandements qu’il leur a donnés, afin qu’ils aient toujours son Esprit avec eux. Amen».

    Lorsqu'il est mis dans sa juste perspective, le Sabbat devient plus une bénédiction qu'une restriction. C'est un jour que le Seigneur a béni et a sanctifié.[7] Comme un cantique affirme à juste titre, « la nature respire son  plus doux parfum le jour du Sabbat».[8]

    Il a été suggéré que Moïse, sur des arguments purement économiques a persuadé Pharaon de permettre aux Juifs d'observer le Sabbat et de se reposer de leur labeur pour accroître leur capacité à travailler les autres jours.[9] Cela n'est pas vraiment loin de la vérité. Nous sommes vraiment bénis lorsque nous nous abstenons de notre propre ouvrage  le jour du Sabbat et faisons l'œuvre de Dieu en souvenir de Lui. Ceci est analogue à la Loi de la dîme où nous avons la promesse que les écluses des cieux seront ouvertes, et que les bénédictions seront répandues sur ceux qui apportent un dixième de leur revenu à la maison du trésor du Seigneur.

    Une bonne observance du Sabbat ne consiste pas seulement à nous reposer de nos labeurs. Si cela est le cas, le Sabbat équivaudrait alors juste à un jour de repos, et pourrait justifier certaines de ses violations telles que la recherche de divertissement profane.  Il nous est commandé d'aller à la maison de prière et prendre la Sainte-Cène. Ensuite viendront  les bénédictions,

    «Et si vous faites ces choses avec actions de grâces, le cœur et le visage joyeux, sans rire beaucoup, car c’est pécher, mais le cœur réjoui et le visage joyeux, en vérité, je dis que si vous le faites, la plénitude de la terre est à vous, ...»[10]

    Et si vous faites ces choses avec actions de grâces, le cœur et le visage joyeux, sans rire beaucoup, car c’est pécher, mais le cœur réjoui et le visage joyeux, en vérité, je dis que si vous le faites, la plénitude de la terre est à vous, ...

    La Sainte Cène est donc la partie intégrante de la bonne observance du Sabbat. Comme on l'a souligné plus tôt, le Sauveur a institué la Sainte Cène pour que nous nous souvenions de Son don le plus précieux qu’il a fait pour nous, Son expiation. Quelle doit donc être notre attitude envers la Sainte Cène? Une Solennité totale de la réunion de Sainte Cène, où la révérence serait renforcée par:

    a)            Notre arrivée tôt à la réunion. La révérence est perdue lorsque nous nous arrivons à la hâte juste avant la prière d’ouverture de la réunion ou après que la réunion ait débutée. Nous avons toute une semaine pour préparer le jour du Sabbat, il est regrettable que certains s'arrangent pour venir en retard à la réunion de Sainte Cène, rendant ainsi la Sainte-Cène un rituel dénué de son sens. Nous devons arriver suffisamment tôt, nous asseoir et méditer sur la signification de la Sainte cène, de l'expiation, et  visualiser avec l'œil de l'esprit le coût de ce sacrifice. Nous pourrions imaginer dans ces moments-là, le Sauveur priant dans le jardin de Gethsémané et sa crucifixion cruelle sur la croix du Calvaire, et Le rejoindre en disant : «Tout est accompli ».[11] Quel soulagement cela fait-il de réfléchir et de souffler chaque semaine, sachant que peu importe les situations et les circonstances troublantes auxquelles nous sommes confrontés chaque semaine, tout est vraiment accompli, grâce à l'Expiation de Jésus-Christ.

    Tout est accompli ».

    b)            Éviter les distractions. Le moment de l'administration de la Sainte Cène n'est pas le moment où nos esprits doivent vagabonder ou être préoccupés par d'autres choses. Nous devons éviter la tentation de lire tout document que nous avons apporté à la réunion, même les Écritures. Les appareils mobiles, auxquels beaucoup semblent être devenus accros, devraient être mis de côté. Il est regrettable  que, pendant ce moment solennel, certains cèdent à la tentation de vérifier leur e-mail ou d'autres informations sur l'Internet. Cela constitue une moquerie de l'occasion. L’individu qui le fait chasse complètement la compagnie de l'Esprit qui accompagne l'administration de la Sainte cène.

    Si nos esprits se concentrent sur l'essence du Sabbat, nous connaîtrons alors les activités qui sont appropriées et celles qui ne le sont pas. Sans chercher à faire une liste ou un ensemble de règles, les activités appropriées pour ce jour pourraient inclure la prière, le jeûne, l'œuvre généalogique, l'administration de bénédictions de la prêtrise aux membres de notre famille, l'écoute des discours de Conférence Générale en famille, la lecture des Écritures et d'autres activités familiales saines dans nos maisons. Bien sûr, nous devons nous reposer aussi de nos travaux et nous consacrer à faire l'œuvre de Dieu de toutes les manières possibles. Le paramètre qui permettra de juger si toute activité dans laquelle nous nous engageons est conforme au Sabbat ou pas pourrait bien être cette question que nous devons tous nous poser: cette activité me permet-elle de me souvenir de l'Expiation de Jésus-Christ?

    La vie terrestre s'accompagne de nombreux défis dans la courbe d'apprentissage, préparatoires à la vie dans les éternités. Peu importe la durée de notre vie sur terre, elle ne représente rien par rapport à la vie éternelle qui nous est réservée dans le monde post-mortel. Pendant que nous prenons six jours dans la semaine pour travailler et profiter de la vie terrestre limitée, nous devons consacrer entièrement un jour, c’est-à-dire le jour du Sabbat pour nous préparer à la vie dans les éternités. Incidemment, ce peu de temps que nous consacrons a un impact considérable dans l'amélioration de nos capacités à utiliser les six autres jours de la semaine. Nous faisons une énorme erreur dans le positionnement de nos priorités lorsque nous pensons qu’une activité qui nous empêche d’obéir presque totalement à la Loi du Sabbat serait une bénédiction pour nous. Cela n'est pas juste car le Sabbat est un commandement glorieux avec des bénédictions temporelles palpables en plus de la croissance spirituelle. Le Sabbat est un délice dans toute sa splendeur!

    Je témoigne solennellement que Dieu vit, que Jésus-Christ est le Sauveur et que l'Evangile a de nouveau été rétabli dans sa plénitude de nos jours, par l'intermédiaire du  prophète Joseph Smith. L'obéissance à la loi du Sabbat nous maintient ancrés en notre Père céleste, en Son Fils bien-aimé et dans l'Evangile. Je sais que ces choses sont vraies.

     


    [1] Genèse 2:1-3

    [2] Exode 20:8-11

    [3] Exode 31:13 et Ezéchiel 20:20

    [4] D&A 59:9-10 et Ésaïe 58:13-14

    [5] Luc 22:19

    [6] (D&A 20:77).

    [7] Exode 20:11

    [8] Cantiques (Anglais)#276 Come Away to the Sunday School

    [9] Cecil B. DeMille dans Les Dix Commandements

    [10] D&A 59:15-16

    [11] Jean 19:30