Redemption for Himself & Redemption for Deceased Family Members.

    More than 80  ancestors uploaded on FamilySearch resulting in  350 temple ordinances.  

    bernard
    Bernard Laundeh
    Bernard Laundeh

    Bernard Laundeh est né le 25 juin 1992 dans le district de Moyamba, village de Wonde dans la chefferie Kayamba. Sa mère et son père étaient tous deux chrétiens, sa mère étant méthodiste et son père catholique. Les deux avaient chacun un enfant issu d'une relation antérieure. Au cours des trois premières années du mariage, deux filles sont nées, mais aucune n'a survécu à l'enfance.  La mère de Bernard donnera naissance à Bernard puis à une autre fille 3 ans plus tard.  Quand Bernard avait 5 ans et sa sœur 2 ans, le père de Bernard a quitté le village en prenant Bernard, mais en laissant sa femme et sa fille.  Ils se sont rendus à Kenema, dans l'est de la Sierra Leone, où son père a fondé une nouvelle famille.  Au cours des 15 années suivantes, Bernard vivra avec son père et deux belles-mères différentes.  À l'âge de 18 ans, il avait quatre demi-frères et demi-sœurs et une sœur.  Son enfance était loin d'être stable, mais elle lui a laissé le désir d'une vie meilleure pour lui-même et pour sa propre future famille.

    Quand Bernard avait 17 ans, son père l'a emmené à l'église catholique.  Bernard voyait son entourage participer aux activités de l'église et il voulait s'impliquer davantage. Lorsqu'il a demandé à son père pourquoi il n'était pas en mesure de participer, son père lui a répondu que c'est parfois le cas, certains sont privilégiés et d'autres pas. C'est à cette époque qu'il a fait la connaissance des missionnaires de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours qui enseignaient un homme près de leur maison.  Bernard s'est approché d'eux et leur a demandé de lui enseigner la Bible. Ils lui ont répondu qu'il était trop jeune pour qu'ils puissent l’enseigner et, bien que profondément déçu, Bernard est finalement retourné dans son église précédente.  Deux ans plus tard, il rencontra un homme nommé Usman Bangura qui avait déménagé dans leur quartier.  Bernard a été impressionné par l'exemple d'Usman et sa nature tranquille et s'est présenté et lui a dit qu'il avait besoin d'aide pour trouver une meilleure église où il pourrait apprendre à connaître Dieu.  Usman l'invita à venir à l'église avec lui le dimanche suivant. Ce fut là qu'il reconnut de jeunes hommes en chemise blanche, cravates et une étiquette portant leur nom et se rendit compte que c'était la même Église qui avait refusé de l’enseigner deux ans auparavant.  Au début, il était en colère, mais les missionnaires lui ont promis qu'ils viendraient chez lui pour lui enseigner l'évangile.  Quand ils ont tenu leur promesse, il a été impressionné et a accepté qu'on continue à lui enseigner.  C'était en 2009.  Après presque deux ans d’enseignement de l’Évangile, Bernard a finalement convaincu les missionnaires qu'il était prêt à être baptisé.

    Après son baptême, Usman a continué à enseigner et à servir de mentor à Bernard et lui a dit qu'il pouvait lui aussi être missionnaire à plein temps. Il a encouragé Bernard à parler au président de branche, Samuel Fomba, et après cela, son intérêt à servir une mission a augmenté.  Il est retourné dans son village en 2012 pour vendre du diesel afin de gagner l'argent nécessaire pour sa mission.  En octobre 2013, il est parti pour la Mission Nigeria Bénin City.

    Lorsqu'il est revenu à Kenema en octobre 2015, la crise d'Ebola touchait à sa fin.   Quelques mois plus tard, il a commencé à travailler comme agent de sécurité pour le couple missionnaire d'âge mûr.  L'année suivante, alors qu'il travaillait encore comme agent de sécurité, il a fréquenté l'Eastern Polytechnic et a suivi un programme d'un an en commerce et en technologie de l'information.  C'est là qu'il a rencontré sa future épouse Kadie Gbassa.  Bernard a introduit Kadie à l'Évangile et en 2 mois, en novembre 2016, Kadie a été baptisée.  Deux ans plus tard, Bernard et Kadie se sont mariés et en février 2019, ils furent scellés dans le temple d'Accra Ghana pour l'éternité.

    Dans le cadre de sa préparation à partir en mission et à être doté dans le temple du Ghana, Bernard est retourné dans son village pour rechercher des noms de famille.  Il a pu découvrir et rassembler un nombre important de noms, mais ils n'étaient pas bien organisés. Le résultat fut qu'il devint frustré et ne pouvait emporter aucun nom avec lui au temple quand il partit en mission. Après son mariage avec Kadie le 22 décembre 2018, sachant qu'il se rendrait de nouveau au temple pour être scellé avec sa nouvelle épouse, il décida de réessayer.  Cette fois, il a emporté avec lui une copie de ' Mon livret de famille ' alors qu'il se rendait dans son village.  Simultanément, Bernard encouragea Kadie à aller dans son village et à essayer de trouver des noms de famille aussi.

    Durant la première semaine de janvier 2019, Bernard est retourné au village de Wonde et a parlé en premier avec sa grand-mère maternelle.  Elle est actuellement la personne la plus âgée du village.   Le village compte environ 200 habitants et la grand-mère de Bernard a une connaissance approfondie de l'histoire des gens qui y vivent maintenant et de leurs ancêtres.  Quand elle était plus jeune, elle avait sa propre curiosité pour sa famille et avait donc parlé à plusieurs reprises à ses propres parents et grands-parents de leur histoire.  Comme le père de Bernard était également originaire du même village, sa curiosité s'est étendue jusqu'à lui.  Bien qu'elle ne sache ni lire ni écrire et qu'elle soit maintenant aveugle, elle connaît l'histoire orale de tout le village. Mais Bernard ne s'est pas arrêté là. Il a aussi parlé à sa tante du côté paternel. Bien qu'elle n'ait pas l'âge de sa grand-mère, elle en savait aussi beaucoup sur l'histoire de la famille et des gens du village.  L'arrière-grand-père de Bernard du côté de sa mère a eu trois épouses dans sa vie.  Une de ces femmes a une fille qui est toujours en vie.  Il lui a aussi parlé.  Cette tante a maintenant plus de 80 ans et elle a été en mesure de fournir à Bernard des informations supplémentaires sur cette partie de la famille. Il a également parlé à sa mère qui lui a fourni des détails supplémentaires.  Il est resté dans le village pendant un mois, s'entretenant aussi souvent que possible avec des parents et des villageois plus âgés afin d'obtenir et de confirmer autant d'informations que possible sur sa famille. 

    Durant son séjour au village, Bernard est allé voir sa grand-mère plus de 10 fois.  Parfois elle refusait de lui parler et d'autres fois elle s'ouvrait. Un jour, alors qu'il était au village, le demi-frère de Bernard, issu de sa mère, s'est pointé sans prévenir.  Cela s'est avéré une bénédiction importante, car ensemble, ils ont pu parler avec leur grand-mère et l'enregistrer pendant près d'une heure pour raconter des histoires de famille. Au début, le demi-frère n'était pas intéressé, mais une fois que leur grand-mère a commencé à raconter des histoires qu'aucun de ces petits-fils n'avait jamais entendues, son attention s'est alors portée vers les choses qu'il pouvait en apprendre autant. C'était le demi-frère qui posait les questions auxquelles elle répondait le plus souvent. La grand-mère de Bernard était toujours en colère contre la façon dont le père de Bernard avait traité sa fille (la mère de Bernard) et, en conséquence, elle s'en prenait parfois à Bernard. Lorsque le demi-frère de Bernard est arrivé, elle s'est ouverte de son plein gré et a partagé des informations familiales qui n'avaient pas de prix pour Bernard.  Sans la visite surprise de son demi-frère, le nombre de noms aurait été nettement inférieur.

    En plus des dix fois qu'il a parlé à sa grand-mère, il a parlé trois fois à sa tante du côté de sa mère, deux fois à sa mère et deux fois à la tante aînée du côté de son père. 

    bernard
    Bernard Laundeh

    La veille de son départ pour le temple d'Accra au Ghana pour être scellé à sa femme, il passa du temps avec le couple missionnaire d'age mûr à entrer ses derniers noms dans FamilySearch tard dans la soirée. Le lendemain matin, il renvoya ce texte au couple missionnaire.  'Hier, après avoir quitté votre résidence, j'ai marché un peu et j'ai senti une grande puissance de l'Esprit. Je ne pouvais plus faire d'autres pas, alors j'ai trouvé un endroit où m'asseoir et j'ai commencé à verser des larmes de joie pendant environ 5 minutes avant de pouvoir rentrer à pied'. Il avait été complètement comblé de joie pour le travail qu'il avait déjà fait pour découvrir ses ancêtres et le travail qu'il pouvait maintenant faire pour les rassembler dans sa famille évangélique à travers des ordonnances de la prêtrise. Plus tard dans la semaine, alors qu'il faisait les baptêmes et les confirmations pour leurs familles, il ressentait de nouveau l'Esprit et éprouvait une grande joie. Parce qu'ils avaient tant de noms, ils ont passé chaque jour dans le temple pendant leur séjour au Ghana. Il y avait d'autres membres du groupe de Kenema qui aidaient aussi à compléter une partie des travaux du temple pour leur famille.

    Son épouse Kadie est restée dans son village pendant une vingtaine de jours mais n'a pas eu le succès que Bernard avait eu. L'histoire familiale que Bernard a recueillie l'a inspirée à vouloir retourner dans son propre village et obtenir d'autres noms de famille. Bernard lui a promis qu'il l'accompagnerait et l'aiderait à le faire.

    Grâce aux efforts de Bernard et Kadie, ils ont été en mesure de rassembler et, avec l'aide du couple missionnaire de Kenema, de télécharger des informations dans FamilySearch pour plus de 80 de leurs ancêtres, soit 350 ordonnances de temple.