Message de paques de la Première Présidence 2017

    En cette saison de Pâques, nous nous souvenons avec une immense gratitude des sacrifices de notre Sauveur à Gethsémané et sur la croix du Calvaire. Aucun mortel ne peut comprendre pleinement la portée de ce que Christ a fait pour nous à Gethsémané. Sa souffrance l'a amené à «trembler à cause de la douleur, à saigner à tous les pores et à souffrir à la fois le corps et l'esprit» (Doctrine et Alliances 19:18). Suite à l'agonie de Gethsémané, le corps meurtri du Sauveur a été cloué sur une croix sur la colline du Calvaire. On s'est moqué de lui, il a été maudit et ridiculisé. Quand la mort miséricordieuse est venue, son corps a été placé discrètement dans un tombe emprunté. Il était passé au dessous toute chose afin qu'il puisse sauver toute chose.

    Trois jours plus tard, les anges ont déclaré à Marie-Madeleine en pleures: « Il n'est point ici, mais il est ressuscité » (Luc 24: 6). Avec ces mots, le plus glorieux, réconfortant et rassurant de tous les événements de l'histoire humaine fut annoncé - la victoire du Sauveur sur la mort. La douleur et l'agonie de Gethsémané et du Calvaire ont été effacées. Le salut de l'humanité était assuré. La chute d'Adam a été récupérée.

    En cette saison de Pâques, nous témoignons solennellement que notre Sauveur est ressuscité et qu'il vit à nouveau. Par conséquent, chacun des enfants de Dieu recevra le don de l'immortalité du Sauveur. Et ceux qui suivent les enseignements du Sauveur et reçoivent les ordonnances salvatrices de l'Évangile seront bénis avec la vie éternelle.