Parce que Nous Sommes Des Frères

    Parce que Nous Sommes Des Frères

    À un moment l’an dernier, j’ai rendu démission de mon travail qui m’éloignait de ma famille pendant des heures de la journée et j’ai commencé à chercher un travail qui allait me permettre de m’occuper du foyer. Après ma démission j’avais du temps pour ma famille bien que ce fut en temps qu’un chef de famille sans emploi. Cela fut une période très difficile pour nous, vu le fait que j’avais une jeune famille – ma femme et deux enfants en bas âge – dont je devais prendre soin. Toutefois c’était mieux d’abandonner un travail de 16 heures de temps qui faisait de moi un étranger dans ma propre maison.

    Bien que j’étais à la maison et sans emploi, on s’amusait tous bien, en particulier mon fils de trois ans qui aimait jouer au football. J’étais à même de dévouer plus de temps à la prière,  à l’étude des écritures, aux soirées familiales, aux visites au foyer et autres affaires spirituelles. Et, par-dessus tout, j’ai obtenu un témoignage plus fort de l’évangile. Le paradoxe de ma situation m’a révélé le pouvoir de l’amour et le fait que notre père céleste sait de quoi nous avons besoin, avant qu’on ne lui demande et il nous donnera les désires de notre cœur si nous exerçons notre foi (Mat6 :9)

    Avoir du travail au Nigeria est difficile. Le marché du travail est saturé et en plus opère selon le système de ‘’cet homme- connait -cet homme’’. La plupart des ouvertures pour embauche ne sont pas publiées. Quand elles le sont, les ouvertures sont déjà remplies avant que la publicité ne soit  faite ; ce qui fait que les plus qualifiés sont les moins qualifiés. De cette manière, les publicités sont des simples formalités. C’est pourquoi être informé d’une ouverture pour embauche  par quelqu’un à l’intérieur d’une entreprise est sujet à une célébration.

    En un jour particulier, j’ai eu un appel de frère Douglas Etebata m’informant que le  cabinet juridique pour lequel il travaillait avait une offre d’emploi pour un avocat avec de l’expérience dans les litiges pour diriger leur département de litiges. Il a ressenti que je devais postuler. Ce qui me surpris était le fait je n’avais pas dit à frère Atebata ou à quelqu’un d’autre dans ma paroisse, Ojodu Ward, que je cherchais du travail.

    Toutefois, je savais que le père céleste comprenait les fardeaux de mon cœur. Il nous aime et répond à nos besoins mais donne souvent cet amour à travers les autres. Ainsi j’ai appris à partir de l’expérience que les saints des derniers jours sont les gardiens les uns des autres. Frère Atebata aurait pu se décider pour d’autres personnes  qui étaient plus qualifiées que moi. Cependant, il a choisi de me contacter à cause du lien de fraternité et d’amour qui existe dans l’Église de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours.

    Toutes les fois que je pense à cet évènement, l’appel inspiré de notre prophète bien aimé, Président Thomas S. Monson, à la conférence générale d’octobre 2012 reprend vie dans mon cœur. Il a dit :’’ Puissions-nous toujours veiller les uns sur les autres et nous aider dans les moments difficiles.  Ne critiquons pas, Ne jugeons pas mais soyons tolérants, cherchant toujours à imiter l’exemple de bonté aimante du sauveur. De la même manière, puissions-nous nous servir de bon gré les uns les autres. Puissions-nous prier pour recevoir l’inspiration afin de connaitre les besoins de notre prochain et ensuite, puissions –nous aller l’aider.’’

    Bien que je n’aie pu assister à l’interview faute de circonstances dont je n’avais pas le contrôle, tout de même, l’amour fraternel qu’un simple coup de téléphone a exprimé continue de rendre un témoignage indélébile de l’amour pur du christ qui existe dans l’Église. Mon état temporaire de sans emploi m’a également permis de passer plus de temps avec ma famille. Il m’a aidé à apprécier mieux le rôle et l’importance de la famille dans le plan éternel de Dieu et le fait que ‘’ pas de succès en affaire ou en entreprises politiques ne peut compenser l’échec au foyer’’ Plus important encore, j’apprécie mieux le fait que notre père céleste nous aime, prend soin de nous et répond à nos prières de la foi, selon ses desseins eternels.

    Après l’obscurité vient le glorieux éclat du soleil : un temps soit peu après, j’ai eu du travail dans un cabinet juridique avec des attributions et programmes qui me permettaient d’avoir du temps pour moi, pour ma famille et pour mon service à l’Église. Je n’ai pas de doute dans mon esprit, c’est pourquoi, c’était le temps que je devais attendre dans le plan eternel pour moi. C’est ainsi qu’après que j’aie eu du travail, la branche d’Ibafo a été créée à partir de la paroisse d’Ojodu et  que j’ai été appelé président de branche de la nouvelle unité. Le seigneur apparemment à utilisé la période d’adversité pour me préparer pour sa mission.

    Je suis profondément reconnaissant pour les bénédictions de l’adversité. Ma foi en l’évangile de Jésus Christ est renforcée. Ma joie en ce que le saint esprit fait des intercessions en faveur des saints est pleine. La confiance qui vient de la puissance de l’évangile, rassurant que tout est bien, malgré les rages de la tempête est  devenue depuis lors mon témoignage.

    L’amour est la marque de la foi au seigneur Jésus Christ comme le frère Atebata l’a démontré. C’est pour cet amour que les missionnaires à plein temps labourent fidèlement à  travers le monde entier cherchant et sauvant des âmes, mettant de côté leur propre agenda et vœux pour une période de temps.

    L’amour est plus qu’un nom ; c’est vraiment un verbe –un mot d’action.  A cause de son amour pour notre père céleste et toute l’humanité, et pour accomplir le plan de son père, le sauveur a donné sa vie. Nous également, par nos actions et participation aux alliances et ordonnances de l’évangile, pouvons démontrer notre amour pour le sauveur et notre père des cieux.