Une Vie de Prévoyance en Suivant Les Sages Conseils des Prophètes

    Une Vie de Prévoyance en Suivant Les Sages Conseils des Prophètes

    « Comment est-ce que quelqu’un emmagasine assez pour une année quand il y en a à peine assez pour le mois? » Beaucoup se demandent; mais l’Évêque Ansah-Artur ne s’est pas découragé. Il a décidé que pour motiver les membres à se conformer à cette directive, il devait d’abord donner l’exemple en vivant ce principe lui-même.

    Le réfrigérateur était plein, le magasin était bond et les étagères de la cuisine étaient bien approvisionnées; Pauline Konu, Présidente de la société de Secours de la paroisse d’Achimota,  se tenait dans l’émerveillement. Elle ne pouvait pas décider quelles nourritures supplémentaires les sœurs pourraient fournir pour aider Yvonne Ansah-Arthur et ses quatre jeunes enfants qui venaient de perdre leur père.

     William Ansah-Arthur avait été l'évêque de la paroisse d’Achimota depuis quelques années quand il a décidé de se concentrer sur la promotion de ses membres de faire un effort sérieux pour obéir aux conseils des prophètes d’éviter les dettes et de garder de réserves alimentaires d’un an à la maison;  un conseil qui est difficile à observer pour beaucoup de membres en Afrique de l'Ouest.  « Comment quelqu’un emmagasine-t-il assez pour une année quand il y en a à peine assez pour le mois? » Beaucoup se demandent; mais l'évêque Ansah-Arthur ne s'est pas découragé. Il a décidé que pour motiver les membres à se conformer à cette directive, il devait d'abord donner l'exemple en vivant ce principe lui-même.

    éviter les dettes et de garder de réserves alimentaires d’un an
    à
    la maison;

    Lors d'une activité de soirée familiale, la famille Ansah-Arthur a prié le Seigneur de le guider. Cette année-là, ils ont été inspirés de doubler leurs dépenses de Noël en nourriture. Au lieu d'acheter deux sacs de riz, ils ont acheté quatre sacs. Au lieu de 10 kilos du sucre, ils ont acheté 20 kilos. Trois cartons de purée de tomate au lieu de deux, trois litres d’huile de cuisine au lieu d'un litre. Pendant des heures, la liste est allée jusqu'à ce qu'ils aient un magasin bien garnie de provisions et les vivres essentiels.

    Pendant qu'ils stockaient la nourriture, ils ont aussi gardé quelque bétail dans la cour et ont planté un petit jardin de légumes et d'épices de base. Les filles jumelles, Maame Badu et Naa Lamiokor, ont aidé leur mère à mélanger et congeler les tomates qui avaient précédemment été cuites; tandis que leur frère Amuakachie et sœur Ekuba aidaient papa à nourrir les chèvres et les moutons.

    Ce Noël-là, les enfants n'avaient pas de cadeaux, mais ils étaient encore heureux et reconnaissants qu'ils aient aidés leurs parents à suivre les enseignements des prophètes.

    « Nous n'avons pas beaucoup d'argent disponible », l'évêque Ansah-Arthur a dit: “mais nous avons vraiment assez de nourriture pour plusieurs mois! » Rayonnant de sourires, Yvonne et les enfants acquiescèrent de la tête.

    Comme le destin l’a voulu, des semaines après cette activité inspirée, l’évêque Ansah-Arthur était tombé malade et était décédé le 9 janvier 2012. Cet incident soudain et tragique a apporté beaucoup de douleur et d'angoisse à la jeune famille. Beaucoup de membres de l'Église, amis et parents étaient là pour les consoler et les réconforter. Le Seigneur fut miséricordieux et il guérit rapidement leurs cœurs brisés. Des paroles de gentillesse et d'encouragement faisaient écho à travers leurs esprits et leurs âmes – Les unes que la sœur Ansah-Arthur se rappelle tendrement sont celles d'une sœur qui a fait remarquer « l'évêque ne nous a pas seulement instruit de suivre nos prophètes; il a réellement vécu par les paroles des prophètes ».

    A propos du principe d’éviter les dettes, l'évêque Ansah Arthur a enseigné à ses membres d’éviter d'emprunter et de vivre selon leurs moyens. Il est allé plus loin en leur demandant de cultiver l'habitude de l'épargne et d’encourager leurs enfants à faire de même. « Obtenez des tirelires pour les enfants et incitez les d’épargner toutes les pièces de monnaies non dépensées. Aucun montant n'est trop petit pour être épargné! » soulignait-il.

    L'évêque et son épouse ont décidé de mettre de côté 5 cedis (à peu près 2,50 $ américains) pour chaque enfant tous les mois sur le surplus des économies propres de chaque enfant. Après des années de persistance, les enfants ont vite compris que leurs pièces de monnaies ont augmenté en d’importantes sommes qui pourraient être investies dans des bons du Trésor! Les années ont passé et leur cher papa est entré dans l'éternité, mais ses précieux enseignements sur la prévoyance continuent d'influer sur leurs vies pour le meilleur - ça paie certainement de vivre les principes de l'Evangile.