Temple d’Accra au Ghana: Commémoration du Dixième Anniversaire

    Temple d’Accra au Ghana: Commémoration du Dixième Anniversaire

    Des célébrations merveilleuses partout au Ghana et en Côte d’Ivoire avaient commémoré le dixième anniversaire de la consécration du temple d’Accra au Ghana.  

    Pendant plusieurs mois avant l’anniversaire le 11 janvier 2014, les présidences de pieu et de District, et les membres du comité spécial de commémoration étaient impliqués dans une planification approfondie. Les orateurs étaient choisis parmi les membres de la présidence de l’Interrégion, les dirigeants de la prêtrise de district et de pieu et les premiers membres pionniers qui furent baptisés à la fin des années 1970 et au début des années 1980 peu après l’arrivée des premiers missionnaires en Afrique de l’Ouest.

    Les dirigeants tribaux et les autorités municipales invités avaient assisté à plusieurs célébrations. Certaines des manifestations étaient couvertes par les médias locaux, donnant une occasion aux dirigeants de la prêtrise, à l’issue de cette commémoration, de répondre aux questions à propos de l’Église et ses temples. Des parties de ces manifestations étaient retransmises à la télévision et commentées dans les journaux.

    Les messages partagés lors de plusieurs veillées et réunions spirituelles comprenaient:

    Les messages partag
    é
    s lors de plusieurs veill
    é
    es et r
    é
    unions spirituelles comprenaient:
    • Le but des temples et l’importance des dotations et des scellements
    • Les expériences personnelles: les rêves des ancêtres leur rendant visite en ce qui concerne leur œuvre du temple
    • La recherches de l’histoire familiale et les bénédictions d’accomplir des ordonnances par procuration.
    • les bénédictions du culte au temple dans la recherche des solutions aux problèmes personnels
    • La foi de ceux qui s’étaient organisés et se réunissaient comme des groupes des «SDJ» avant l’arrivée des missionnaires en 1978
    • L’encouragement à trouver au  moins un ancêtre au courant de l’année 2014 pour qui accomplir l’œuvre du temple

    Dans plusieurs célébrations, les premiers pionniers furent honorés avec des certificats et des médailles. Ils furent honorés pour leur fidélité et leur patience pendant plusieurs années avant que le temple ne fût annoncé et consacré.

    Russel Cannon, servant présentement avec sa femme comme premier couple missionnaire au Ghana, avait rappelé aux saints, dans le pieu de Tema, une expérience de 1979. Son père et sa mère, frère et sœur Theodore Cannon (ensemble avec le frère et la sœur Maybey) furent les premiers missionnaires envoyés en Afrique de l’Ouest après la révélation, en 1978, sur la prêtrise. En 1979, le frère James E. Faust était venu en Afrique de l’Ouest et avait promis aux saints qu’un temple serait construit en Afrique de l’Ouest.

    L’annonce qu’un temple serait construit à Accra au Ghana fut faite le 16 février 1998 par le Président Gordon B. Hinckley qui était à Accra à ce moment-là. Il dit aux saints en ce moment-là que l’Église était à la recherche d’un bon lopin de terre sur lequel construire en moment donné. La nouvelle fut reçue avec joie et actions de grâce à cette occasion historique. Des milliers se réjouirent juste quelques années plus tard quand le temple fut consacré. 

    Réflexions sur le Temple

    R
    é
    flexions sur le Temple

    Nesmeekia Engman

    Nesmeekia Engman

     «Je me souviens encore dans mon esprit quand le président Hinckley avait annoncé qu’il y aurait un temple construit à Accra. J’avais hurlé de joie au milieu de la foule parce que je savais combien c’était important d’avoir un temple dans mon pays. Je me souviens que je me tenais sur un terrain vierge, la poussière soufflant sur mon visage, au numéro 57 de l’avenue de l’Indépendance où j’avais été témoin de la cérémonie d’ouverture de chantier en 2001. Je me souviens que je me tenais devant le temple le premier jour des portes ouvertes en 2003.  La joie que j’avais ressentie dans mon cœur était au-delà de toute description sachant que les familles peuvent être ensemble pour toujours. Je me souviens qu’il m’était demandé de tricoter une couverture pour une boîte de mouchoirs en papier pour le temple, ce que j’avais pris comme un grand honneur. Chaque fois que je visite le temple et vois cette couverture de la boîte de mouchoirs en papier, je me souviens des pionniers d’autrefois qui avaient sacrifié le peu qu’ils avaient pour aider à construire le temple du Seigneur et je suis reconnaissante d’avoir été en mesure d’offrir ce petit sacrifice. »

    Evelyn Forson

    Evelyn Forson

    « Je me souviens que j’allais au temple une fois par mois pour les baptêmes après qu’il fut ouvert. Une fois, j’avais manqué les voyages organisés en groupes, alors j’étais parti seule. Bien que je ne fusse pas avec un groupe programmé, les servants dans le temple m’avaient accordé l’opportunité de faire les baptêmes. Normalement l’eau était tiède, mais ce jour-là, j’avais très froid. Je fus baptisée pour plus de vingt personnes, et pendant que je m’asseyais sur la chaise pour être confirmée, je frissonnais – oh, j’avais tellement froid! Mais je m’étais assise jusqu’à la fin. La pensée dans mon esprit était de savoir combien ils étaient contents et soulagés les gens pour qui j’avais été baptisée.  Et pour moi le froid importe peu. J’avais aimé cette expérience. »

    Randa Kassah

    Randa Kassah

    «Le jour que je fus scellée à ma famille, j’avais regardé dans le miroir où je m’étais vu moi-même dans les vêtements du temple et je m’étais sentie belle. Je m’imaginais être dotée un jour et avoir mon propre mariage au temple. Le scellement de ma famille fut une expérience très émouvante. Ma mère, pleurant avec des larmes de joie, me dit que maintenant nous serions ensemble pour toujours. C’est quelque chose à laquelle elle avait travaillé pendant longtemps. »

    Martha Okang

    Martha Okang

    « C’est comme si c’était hier. J’étais une jeune fille quand j’avais entendu que le prophète venait au Ghana. Venant fraîchement de la primaire, j’avais un vif désir de participer dans toutes les activités que les jeunes filles avaient été choisies de faire. Oh, comme j’adorais venir les samedis apprendre la dance pour la cérémonie d’ouverture du chantier. J’étais honorée de faire partie de la manifestation et j’en avais parlé à mes amies. J’aimais entendre mon père parler de la construction du temple et je suis fière de dire qu’il était l’un des rares membres qui avaient travaillé dans la construction du temple. »
    « Lors des portes ouvertes, je quittais rapidement l’école et j’étais l’une des jeunes filles qui fournissaient des chaussures de protection pour tous ceux qui étaient venus voir le temple. Quand les groupes vinrent, nous entrâmes, à tour de rôle, plus de cinq fois par jour au temple. C’était chaque fois merveilleux d’y aller et il semblait nouveau à chaque expérience. Je me rappelle comment j’avais encouragé la plupart de mes amies de l’école à venir voir le temple et la joie que j’avais ressentie quand certaines étaient venues avec moi et d’autres avec leurs familles. Malheureusement, j’avais manqué la consécration parce que j’étais tellement malade que je ne pouvais y aller. Bien que j’étais triste de ne pouvoir assister, je suis contente que ma famille et moi avions l’occasion d’entrer au temple et d’être scellés pour le temps et pour l’éternité et que je suis en mesure de faire des baptêmes pour mes ancêtres et d’autres personnes merveilleuses.»    
    « Le jour que j’attends le plus avec impatience, c’est quand j’aurai ma propre dotation et que je pourrai être scellé à mon mari et à ma famille pour l’éternité. »



    Esther Korantemaa Abuyeh

    Esther Korantemaa Abuyeh

    « Je n’arrive pas à croire que cela fait dix ans déjà! J’ai encore une image vive dans mon esprit de la visite du Prophète Gordon B. Hinckley au Ghana et son annonce d’un temple sur notre terre natale. L’enthousiasme sur le visage de chacun, le bonheur, les cris de joie sont tous encore distincts dans mon esprit. J’étais jeune et j’avais appris dans la Primaire et chez les Jeunes Filles l’importance du temple et la joie qu’il nous apporte. J’étais désireuse d’entrer dans l’un et ressentir l’esprit comme le cantique de la Primaire nous l’enseigne. »

    Les activités d’avant la consécration du temple étaient simplement mémorables, spécialement comme j’avais personnellement participé dans ces activités - aidant à fournir des chaussures de protection pour tous ceux qui entraient au temple lors des portes ouvertes, et dansant de tout cœur pendant l’exposition culturelle.

    Cependant, mon meilleur moment de toutes ces activités était cette matinée Sabbatique quand nous agitions tous nos mouchoirs blancs pendant que le temple était consacré. J’avais ressenti les sentiments les plus chaleureux que je n’ai jamais ressentis. Au plus profond de moi, je savais que l’esprit était présent parce que je ressentais de la paix et de la joie dans mon cœur.

    Aujourd’hui, grâce au temple sur notre terre, je suis mariée et scellée à mon mari pour le temps et pour toute l’éternité. La bénédiction de vivre avec ma famille au-delà de cette mortalité me donne grand espoir pendant que je m’efforce à faire tout ce que je peux pour être avec ma famille pour toujours. »

    Les fidèles saints Ouest Africains continuent leur culte au temple, reconnaissants pour la grande bénédiction d’avoir un temple au milieu d’eux.