Y a-T- il Des Missionnaires Dans Cette Ville Maintenant ?

    Y a-T- il Des Missionnaires Dans Cette Ville Maintenant ?

    Cette histoire m’a été racontée par des missionnaires qui ont été envoyés pour ouvrir un nouveau secteur dans un endroit où l'Église n'avait pas encore  de présence officielle. La Mission  de Benin City du Nigeria comprend  la partie d'une région appelée le Sud-Sud du Nigeria, une région populairement connue sous le nom de Delta du Niger. La région avait une grande réputation à cause de  la forte présence des grandes  compagnies pétrolières internationales  et aussi à cause du fait qu’elle était un foyer de militantisme.

    En Mai 2014, l'Église a envoyé ses premiers missionnaires pour commencer officiellement le prosélytisme dans les villes voisines d’Oghara et de Sapele dans la région du Sud-Sud.  Le premier groupe de missionnaires était composé de missionnaires arrivés tout fraichement  du CFM et de missionnaires plus expérimentés. Pendant leurs premières semaines dans la région, sans hébergement, les missionnaires devaient faire quotidiennement la navette de Bénin City jusqu' à Oghara et à Sapele. Ce trajet prenait environ 30 minutes pour chaque destination. 

    Il s’est produit deux incidents  qui les ont aidés à comprendre que le Seigneur était déjà allé devant eux pour préparer la voie. Le tout premier jour à Oghara, ils se tenaient au bord  de la route à la recherche d'un taxi quand un taxi s’arrêta  à côté d’eux. Au lieu de leur demander où ils allaient, et sans attendre  qu'ils indiquent leur destination, le chauffeur de taxi demanda tout simplement : « Y a-t- il  des missionnaires dans cette ville maintenant? ».  Dire que les Missionnaires étaient surpris serait un euphémisme. Ils entamèrent  rapidement une conversation  avec le chauffeur de taxi et apprirent  qu'il était un membre qui n'avait pas eu le privilège de prendre  la sainte-cène depuis plus de 6 ans après son déménagement  à Oghara. Il fut  étonné de voir des jeunes hommes en chemise blanche et cravate. Il ne crut  pas au début ce qu'il vit. Pour se rassurer, il s’approcha  pour voir s’ils portaient des badges noirs. Il aida effectivement les missionnaires  à trouver certains membres inactifs dans la ville mais déménagea  avant que la branche ne soit formellement organisée. 

    « Y a-t- il  des missionnaires dans cette ville maintenant? »

    Le deuxième incident  se produisit au cours de la même semaine, cette fois-là  à Sapele. Les missionnaires se déplaçaient et parlaient avec les gens pour bien connaitre la ville. Ils étaient soucieux de trouver une rivière où ils pourraient faire des baptêmes ainsi qu'un endroit pour les réunions. Le deuxième problème avait été résolu avec l'aide de leur ami membre nouvellement trouvé  et d'autres qui ont réussi à leur obtenir un endroit temporaire dans une école publique.  Ce qui restait maintenant était de trouver une rivière. Ils se promenaient simplement quand ils virent une installation navale avec un étang naturel qui était parfait pour les baptêmes. La seule chose imparfaite était que c'était la propriété de la marine et en raison du militantisme dans la région du Delta du Niger et des attaques régulières  perpétrées contre des installations militaires, l'armée se méfie de quiconque s’y aventure sans y avoir été invité.  Les Missionnaires avaient peur d'aller trop près de la porte  barricadée compte tenu  de son apparence martiale et des officiers armés de la marine. Mais quelque chose les attira vers  la porte et l'étang. Ils convoitaient  cette installation intouchable, mais désirable.  Ils étaient à l'intérieur de la caserne et marchaient audacieusement vers l'étang avant que les militaires ne les arrêtent.  Ils étaient déjà près de l'étang lorsqu’un des officiers se mit à marcher vers eux avec un air menaçant. C’est en ce moment-là qu'ils se rendirent compte de leur folie. Ils étaient prêts à  prendre la fuite pour sauver leurs vies mais il n'y avait aucune issue possible. Ils se résignèrent à leur destin quand ils entendirent pour la deuxième fois cette semaine-là, une voix menaçante provenant de l’officier qui demanda:« Y a-t- il des missionnaires Saints des Derniers Jours dans cette ville ? »

    Y a-t- il des missionnaires Saints des Derniers Jours dans cette ville ? »

    Ils s’arrêtèrent  dans leur élan et revinrent sur leur pas, courageusement et noblement selon ce qu’ils m'ont dit. En pensant à  la dignité qu'ils ont  perdue à l’idée de prendre la fuite, ils retournèrent  à la barrière de sécurité pour répondre OUI!  Grâce à l'aide de cet officier, cet étang  a servi de fonts baptismaux jusqu'à ce que l'Église obtienne  une petite chapelle et y construise des fonts baptismaux. Cet officier était un membre de l'Église inactif depuis bien des années. Bien qu'il ne soit  pas revenu à l'activité dans l'Église, il a facilité l'utilisation de l'étang et a même aidé à sécuriser un vestiaire pour les Missionnaires. Il a continué à travailler à Sapele un peu de temps jusqu'avant que l'Église ne loue une chapelle. Il a été affecté à un autre endroit pour le service. 

    Le 13 Juillet 2014, la branche d'Oghara-Sapele a été officiellement organisée dans une école publique à Sapele et les membres se rencontrent dans deux endroits distincts dans les villes d’Oghara et de Sapele. 

    Assurément le Seigneur a promis qu'il irait devant notre face. Voir (D&A 84:88)